GAZETTE de LA-BAS

Nouvelles de là-bas et d’ici

ORAN… 5 JUILLET 1962

ORAN… 5 JUILLET 1962 
LE GENOCIDE 

« J’écris dans ce pays que le sang défigure qui n’est plus qu’un monceau de douleurs et de plaies, une halle à tous vents que la grêle inaugure, une ruine où la mort s’exerce aux osselets. » (Louis Aragon« François la Terreur »)

Ce jeudi 5 juillet ne paraissait pas devoir être, à Oran, une journée plus angoissante que les autres. Comme depuis cinq jours, les Oranais s’éveillaient dans les rumeurs d’une foule qui avait déjà envahi la rue, ivre de promesses et de rêves. On allait enfin connaître le bien être, le monde allait changer de face, le pactole allait couler. Et la fête continuait… tandis que les Français qui étaient encore là bouclaient leurs valises ou attendaient, écrasés de soleil et de misère, un bateau sur les quais ou un avion aux abords de l’aérogare. 

Un soulagement pourtant se faisait jour parmi ces Français-là. Tous avaient redouté la date fatidique du 1er juillet (référendum) et plus encore celle du 3 juillet qui avait vu défiler sept katibas de l’ALN dans Oran. Or, rien de ce qu’on avait craint ne s’était passé. Les enlèvements se succédaient, certes, les attentats sournois au coin des rues, aussi, mais il n’y avait pas eu de déferlement de la masse musulmane et le chef de détachement des unités de l’ALN, le Capitaine Bakhti avait déclaré aux Européens : « Vous pourrez vivre avec nous autant que vous voudrez et avec toutes les garanties accordées par le GPRA. L’ALN est présente à Oran. Pas question d’égorgements. Bien au contraire, nous vous garantissons une vie meilleure que celle que vous connaissiez auparavant ! » De plus, le général Katz, en personne, avait estimé qu’il avait pris toutes les dispositions nécessaires pour que les manifestations du 5 juillet à Oran se passent dans le calme le plus absolu. Avec le Capitaine Bakhti, il s’était engagé à ce que les réjouissances algériennes ne débordent pas en ville européenne. Pourquoi dans ce cas là s’inquiéter plus que de coutume ? La fête marquant la célébration de l’indépendance  algérienne pouvait commencer…  

Cependant, dès l’aube, le village nègre (quartiers arabes) se mit en mouvement et contrairement à ce qui avait été promis, ce furent des milliers de Musulmans qui déferlèrent vers la ville européenne, s’étourdissant dans les cris, les chants, les you-you des femmes. Rien ne laissait encore prévoir le drame qui allait se passer. Pourtant de nombreux Européens constatèrent que certains avaient une arme à la main et que beaucoup d’autres tentaient de dissimuler soit un revolver, un couteau, un fusil, une hache ou un gourdin. Le doute n’était plus permis. Alors les plus avertis se barricadèrent et on essaya de prévenir par téléphone les amis et la famille de ses craintes. Place Jeanne d’Arc située devant la cathédrale, une Musulmane, après avoir poussé une série de you-you stridents, grimpa sur le socle de la statue équestre de la pucelle d’Orléans. On lui tendit un drapeau vert et blanc qu’elle accrocha à l’épée que Jeanne d’Arc pointait vers le ciel. Une immense clameur accueillit cette action. Survoltée par sa prouesse, la mégère entreprit, toujours juchée sur le socle, une danse du ventre endiablée, supportée en cela par des milliers de mains qui claquaient au rythme de la danse. Il n’y avait plus de France en Algérie, il n’y avait plus de pucelle Française. L’Algérie appartenait aux Algériens ! 

A midi moins dix, devant le théâtre municipal où s’était rassemblée la foule, un silence incompréhensible s’établit soudain. Des responsables du FLN, étaient là, encadrant la meute et semblant attendre un signe. Puis quatre coups de feu isolés se firent entendre. C’était le signal ! Ce fut alors que plusieurs hommes, semblant mettre à exécution un plan mûrement réfléchi, partirent en courant dans toutes les directions, criant : « C’est l’OAS, c’est l’OAS qui nous tire dessus !» entraînant par là même la foule qui se mit également à courir en criant « OAS, OAS, OAS ! »    De ce rassemblement qui se devait – aux dires de Katz – être pacifique, émergèrent soudain des hommes en armes qui, pour affoler les gens, tirèrent dans toutes les directions – y compris sur la foule – aux cris de « OAS assassins ! Sus à l’OAS ! » 

   Bientôt le feu fut dirigé sur les sentinelles françaises en faction devant la mairie, le Château-Neuf (là précisément où se tenait l’état-major de Katz) et l’hôtel Martinez qui hébergeait les officiers français. Après un moment d’hésitation, les soldats français ripostèrent à leur tour avant de se barricader. Ce fut là le point de départ du plus grand pogrom anti-européen que l’Algérie n’eût jamais connu.    Ce qui va se passer ce 5 juillet à Oran, sera insoutenable à voir. Toutes les limites de l’horreur seront franchies. Des centaines d’Européens seront enlevés ; on égorgera, on émasculera, on mutilera pour le plaisir, on arrachera les tripes des suppliciés, on remplira les ventres de terre et de pierraille, des têtes d’enfants éclateront contre les murs comme des noix, des hommes seront crucifiés, brûlés vifs ; des femmes seront violées puis livrées à la prostitution ; le sang se répandra en nappes tandis qu’au village nègre, les Européens encore vivants seront suspendus par le palais aux crochets d’abattoir. 

   Comment pardonner, 48 ans après l’horreur de ce sang pleurant des viandes… ces bouts de cadavres que l’étal tenait suspendu à ses crochets ? Le crime est bien trop grand pour que nous n’en perdions jamais le souvenir !    Très vite, les Européens qui ne s’attendaient pas à ce déferlement de violence furent pris en chasse et bientôt ce ne fut qu’horreurs et abominations. 

   Les cris de terreur trouvaient leur écho dans toutes les gorges des victimes pourchassées. Il ne subsistait plus le moindre sang froid, plus le moindre germe d’humanité… Ce n’était plus qu’une avalanche de démence et de terreur. Le carnage était sans précédent. La puanteur uniforme de la mort avait remplacé les odeurs multiples de la vie. Pendant ce temps, l’armée française se barricadait dans les postes de garde en position de surveillance. Un hélicoptère survola la ville. A son bord, le Général Katz essayait d’apprécier la situation. D’après le rapport des sentinelles, sur la seule place d’Armes, il y avait au moins vingt cadavres d’Européens affreusement mutilés. Mais du haut de son appareil, le « boucher d’Oran » – ainsi l’avaient surnommé les Oranais – crut pouvoir conclure que la ville semblait calme (!). Tout était, apparemment, rentré dans l’ordre ! Il valait mieux éviter un affrontement avec le FLN, pensa-t-il !… et le drapeau français fut amené pour ne pas exciter davantage la multitude. 

   Chaque Européen était devenu proie, gibier face à la foule terrible, acharnée à sa joie, déchaînée, et quand ils apercevaient des véhicules de l’armée française, en proie à la terreur, tentaient d’y grimper… ils y étaient la plupart du temps repoussés à coups de crosse.    C’était l’épouvante parmi eux. « Mais que fait l’armée, que fait l’armée ? » disaient-ils. Ils entendaient encore les hauts parleurs des camions militaires promener dans toute la ville, le lancinant et rassurant appel : « Oranais, Oranaises, n’écoutez pas ceux qui vous mentent (sous-entendu, l’OAS). L’armée est ici et restera pendant trois ans pour vous protéger. ». C’était, les 26, 27 et 28 juin 1962 ! 

Des hommes en tenue de combat, rutilantes de neuf, « les valeureux soldats de la libération », et d’autres civils armés se déversaient dans les immeubles et en ressortaient des files d’Européens, hommes, femmes, enfants, vieillards. Ces malheureux « convois de la mort » prenaient la direction d’Eckmuhl, du Petit Lac et de la Ville Nouvelle, mains sur la tête, sous les sarcasmes, les crachats, les injures, les coups et les huées de la populace. Pour eux, c’était la fin, ils le savaient et ils priaient pour que la mort vînt les prendre le plus vite possible et les arracher aux supplices qui les attendaient. Avec amertume ils se remémoraient les paroles de Fouchet : « La France n’oubliera jamais l’Algérie. Sa main sera toujours là pour l’aider»… « Comment pouvez-vous croire que la France puisse vous abandonner ? Vous avez la garantie d’un traitement  privilégié ».    Il  est vrai que le Ministre n’avait pas précisé de quel traitement il s’agirait !… Et aujourd’hui, la ville toute entière leur paraissait une tombe : la leur. Aucune aide de personne à attendre. Crier, appeler au secours, tout était inutile. C’était le colonialisme et la génération nouvelle qu’on allait détruire, voilà tout. Alors, qu’importait qu’on saignât les enfants et qu’on ouvrît le ventre des mères, qu’on arrachât les tripes des suppliciés et qu’on les pendît par les pieds au-dessus de braises incandescentes… 

A dix sept heures, enfin, le bruit caractéristique d’un convoi de camions se fit entendre. C’était la gendarmerie mobile, l’âme damnée du Général Katz qui prenait position. Dès cet instant, comme par miracle, la manifestation prit fin et la populace disparut… mais il était trop tard. Des centaines de cadavres jonchaient les rues, le sang avait maculé trottoirs et rigoles, les appartements étaient dévastés, les magasins pillés, les disparitions ne se comptaient plus, la ville avait pris le visage de l’apocalypse. 

    Pourquoi cette intervention s’était-elle produite si tardivement ? Avait-on décidé de faire payer aux Oranais leur folie, leur passion pour l’Algérie française, leur trop grande fidélité à l’OAS ?     Où était passé le Capitaine Bakhti, l’homme fort, l’homme de confiance de Katz, qui avait déclaré le 3 juillet qu’il n’était pas question d’égorgement ? 

La réponse est simple : Paris, qui, grâce à ses renseignements, s’attendait à cette explosion de folie furieuse, avait ordonné à Katz « de ne pas bouger, de laisser faire ». Et Katz, grosse brute bornée qui tirait vanité de sa servilité – même quand il s’agissait d’assassiner ou de laisser assassiner des Français ! – à la recherche constante d’une nouvelle étoile, obtempéra aveuglément. Ceci est une certitude.  Les preuves matérielles foisonnent en ce sens. Ce qui est incontestable, c’est que l’ordre de Paris, capté à la poste centrale vers 16 h 30, de faire cesser la tuerie eut instantanément son effet. A 17 heures, tout était fini et la ville abasourdie était plongée dans un silence de mort, de cette mort qui pendant six heures s’était abattue sur elle. Katz quant à lui, pouvait être fier : Il avait obéi aux ordres et une quatrième étoile allait récompenser sa fidélité. Cependant dans la cité meurtrie, l’angoisse étreignait les survivants. Chacun tremblait pour les siens, les gens se cherchaient, beaucoup demeuraient encore cachés de peur de voir la tornade s’abattre de nouveau. Le nombre des disparitions augmentait d’heure en heure, aggravant le tourment des familles. La morgue était pleine à craquer et une odeur fétide s’en dégageait. On en refusa bientôt l’entrée et les corps entassés, mutilés, étaient méconnaissables. 

Dans la ville arabe et au Petit Lac, le tas des tués était plus incohérent et plus dense. Il s’échappait une odeur fétide, insupportable, une épouvantable pestilence. L’on pouvait voir, trempant dans des bains répugnants, les viscères des malheureuses victimes et sur un mur, tracé d’une main maladroite, l’on pouvait lire : « Les boyaux des Français »… Et toujours cette liesse, et toujours ces cris « Mort aux Chrétiens ! »… Et toujours cette foule frénétique, fanatique, cette même foule qui, quelques mois plus tard, n’obtenant rien des promesses invoquées tout au long de la guerre et réduite soudain à la famine, émigrera en France avec une mine attristée et des yeux de douleur, dans cette Patrie qu’ils auront eu plaisir à humilier et dont ils auront persécuté avec délice ses enfants.       

                                                                                                               José CASTANO                                                                             e-mail : joseph.castano0508@orange.fr 

10 commentaires »

  1. Paya Jean Francois dit :

    JF Paya écrit :
    Ajouté le 16 août, 2010 à 12:51

    Pour des references des sources des temoignages verifies et des archives (rares) existants sur ce dossier se reporter au Blog de “l Algerianie” et aux suivants Bien cordalement JeanFrancois Paya

    > http://popodoran.canalblog.com/archives/2008/11/05/11250833.html

  2. Paya Jean Francois dit :

    DES REFERENCES !
    A Oran sans connaitre les réactions de la France ?
    il fallait éviter une trop grande concentration d’Européens à Oran ! mais il faut aller plus loin et se demander pourquoi les troupes Françaises sont restées consignées la veille du 5 Juillet à ce sujet l’enquéte de JF Paya va plus loin que les propos de G Meynier dans son livre “histoire intérieure du FLN” quant à J Monneret il ne donne aucune cause valable pour ce massacre Le journaliste qu’il cite avait émis aussi une hypothése du complot mais sans donner de sources ni d’archives comme l’a fait Paya

    Pouvait on prévoir les massacres du 5 Juillet à Oran ?
    Supputations découlant de la situation stratégique d’Oran mais non fondées à priori à moins de bien connaitre les luttes internes du FLN et le fait que l’armée Francaise ne protégerait pas ses ressortissants Or se souvenir
    Note aux chefs de Corps n°99 /saor/3/ope du 20 juin signée général Katz qui prévoit l’usage de la ” légitime défense ” y compris pour les ressortissants Français après le 3 juillet (non appliquée sur l’ordre du pouvoir central la veille de l’indépendance, avec l’ordre strict de consigner les troupes)
    Ordre d’autant plus criminel sur le plan local si on avait su à l’avance mais rien ne l’indique dans les rapports du 2em Bureau méme favorables aux PN ni dans ceux de la partie du FLN locale vite débordée par l’extérieur Pour moi la question reste posée d’un “deal” au plus haut niveau avec ceux qui allaient réellement prendre le pouvoir en Algérie!

    Deal de facto; Non pour le massacre bien sùr ; Mais pour ne pas intervenir

    Se souvenir de la note (doc 64 M Harbi) du groupe FLN de l’exécutif provisoire au GPRA du 27 Juin 62 qui faute de directives se plaint de ne pouvoir signer le protocole prévu sur le maintien de l’ordre D’où “Porte ouverte aux risques d’interventions de l’Armée Française après le 2 Juillet en cas de débordements” Dicit (ce protocole ne fut jamais signé )

    A la demande de certains J’explicite “le Deal” possible en marge des “accords d’Evian” non signés par ceux de l’ALN du Maroc qui allaient prendre le pouvoir c’est à dire consérvation des bases militaires et surtout d’éssais Atomiques Françaises contre appuis tacites pour prise de pouvoir ,ouverture des fontiéres et non possibilité d”enclave Européenne à Oran Kébir en sachant que “la charte de Tripoli”du FLN du 27 Mai 62 prévoyait dans une clause secrète “qu’il fallait encourager les Français d’Algérieà partir” et qu’il faudrait progréssivement “liquider les accords d ‘Evian”
    En tout cas c”est ce qui s”est bien passé! L’objectif de De Gaulle était avant tout de terminer les éssais de sa Bombe le sort des PN et des Harkis lui était indifférent ;Si on réfléchis bien jamais un mot de compassion ne fut prononcé par lui !

    Posté par JF Paya,

  3. breuilh - le forestier dit :

    Mes parents, Robert Breuilh et Chantal Breuilh – Martin du Puytison ont été enlevés ce jour et pour moi le seul responsable est De Gaulle. Il fallait s’attendre à cette situation de la part d’un homme qui detestait l’Armée d’Afrique du Nord et le général Philippe Leclerc de Hauteloque, les seuls vainqueurs de 1945.
    Il est évident que les personnes disparues ont été torturées et en ce qui me concerne je préfère ne rien savoir, et si le 17 octobre 1961 des algériens sont morts en France, le 5 juillet 1962 des européens ont aussi été tués en Algérie. les familles de tous ces morts ont droit à une reconnaissance, et les coupables et les responsables de ces atrocités doivent être connus et punis, et pas glorifiés comme c’est le cas pour certains. Que justice se fasse !

  4. Maroc Referencement dit :

    Heya i am for the primary time here. I found this board and I in
    finding It truly helpful & it helped me out much.
    I am hoping to present something again and help others like you aided me.

  5. Location voitures Mohammedia dit :

    This is my first time pay a quick visit at here
    and i am really impressed to read everthing at one place.

  6. ,location casablanca voiture dit :

    I loved as much as you will receive carried out right here.
    The sketch is attractive, your authored material stylish.
    nonetheless, you command get got an nervousness over that you wish be delivering
    the following. unwell unquestionably come more formerly again as exactly the
    same nearly a lot often inside case you shield this hike.

  7. location voiture aeroport mohamed v dit :

    each time i used to read smaller content which as well clear their motive, and that is also happening with this post which I am reading here.

  8. Location minibus Maroc dit :

    WOW just what I was searching for. Came here by searching for Casablanca

  9. location voiture Casablanca dit :

    There are of plenty reasons as to why you may need a car rental such as
    long road trips, vacations, and lack of your own vehicle.

    The Desigual store is not a ‘little boutique’ but a proper store.
    When you travel to a destination or if you find yourself without
    the desire to use public transportation, the best option you have available to you is to rent a car.

  10. Gildas Le Clerc dit :

    Bonjour,

    Oranie mars 1962
    Voici une histoire qui se passe pendant de retour des Français d’Algérie en mars 1962.

    Jean-Michel Le Chanjour est un militaire du Groupe de bombardement GB2/91 Guyenne sur la base aérienne de la SENIA depuis octobre 1961. Il est affecté à la maintenance des avions sur la base maritime de Mers el-Kebir, à une encablure du port d’Oran.

    Début de l’exode en mars 1962.
    La plupart des gens partaient en bateau depuis le port d’Oran, seul un petit contingent prenait l’avion. Il y avait des milliers de civils en attente et il n’y avait que 2 vols par jour (une Caravelle et un Boeing 707). L’attente pour partir était de quelques jours à une semaine maximum, Jean-Michel a pour mission de faire le tri des urgences.

    Une famille de 4 enfants (une fille de 15 ans et 3 garçons) habite à proximité de la base.
    Cette famille est un couple de fonctionnaires garde-barrière pour les transports qui traversaient la base. Ils ne peuvent quitter leurs fonctions et leur fille a reçu des menaces.
    Fin mars 1962 en soirée, Jean-Michel, revenant d’une partie de foot, est interpellé par les parents de cette jeune fille :
    « S’il vous plait, mettez notre fille dans un avion !
    - Dites-moi quand ?
    - Demain à la même heure
    - Ok »

    Le lendemain soir, la fille est là !
    Jean-Michel la conduit dans le hangar d’embarquement d’où elle partira rapidement grâce à lui. Jean-Michel continue sa mission d’assistance aux réfugiés jusqu’en juillet 1962. Il ne reverra jamais cette fille et n’aura jamais de nouvelles de la famille.

    L’objectif insensé de Jean-Michel aujourd’hui est de retrouver cette fille qu’il n’a connu que quelques heures en mars 1962 sur la base de Mers el-Kebir.
    Il ne connait ni son nom, ni son prénom et pourtant elle a toujours hanté sa mémoire depuis.

    Si cette histoire vous fait penser à une personne vous racontant son retour d’Oranie dans ces circonstances, merci de me contacter pour en parler.
    Je vous mettrai en contact avec Jean-Michel, qui est un cousin.
    Merci de diffuser ce message autour de vous.

    Bonne journée
    Cordialement

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
ALAIN BESSON SAINT MARTIN D... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité