GAZETTE de LA-BAS

Nouvelles de là-bas et d’ici

Compte-rendu de la commission à Oran

Classé dans : CIMETIERES — 17 décembre, 2009 @ 10:01

Compte-rendu de la commission à Oran dans CIMETIERES crbst_import 

CR.MISSION à ORAN DU 31/10/2008 au 07/11/2008 Participants : Antoine Candela, Huguette Troupel, Christian Perrotet, Danielle Perrotet . Yvette Laïck et Paul Benguigui  sont venus à leurs frais. 

Nous arrivons le vendredi soir vers 17 h l’aéroport de la Sénia Antoine Candela déjà sur place et Aïcha Afane nous attendent. Nous nous installons à l’hôtel Hayat Regency ; après le repas nous préparons nos déplacements en fonction du programme établi et des possibilités de nos accompagnants.

Samedi 1er novembre : Notre première visite est pour Mgr l’évêque d’Oran, qui nous invite à découvrir l’évêché. Nous assistons à la messe de Toussaint en présence de M Ottobrini (vice consul d’Oran), et la communauté chrétienne d’Oran. Mgr nous invite à participer à la cérémonie prévue à 15h au cimetière de Tamasouhet pour la bénédiction des sépultures et ossuaires.  A 15h : Mgr l’évêque nous accueille ainsi que M. Ottobrini, M. Lalaoui, M. Mecheri (responsable des pompes funèbres) M. Khalifati responsable du G7 (entreprise chargée des travaux de regroupement des sépultures, MM Donet et Matéo (In Mémoriam) et bien entendu toutes les personnes présentes issues des 3 communautés religieuses. Nous nous recueillons auprès des ossuaires déjà construits. Après la bénédiction, Monsieur Ottobrini prend la parole et explique le programme de sauvegarde prévu notamment pour Tamasouhet.  Après une halte devant les sépultures de prêtres et de religieuses, nous nous rendons au carré 56 où se déroulent actuellement les travaux de l’entreprise G7. Nous assistons à l’exhumation des restes de sépultures (au moins 20 personnes travaillent sur place). Nous avons pu constater que, contrairement à  certaines rumeurs,  ces travaux sont faits dans le respect de nos aïeux, avec toutes les précautions possibles, à la pelle, la pioche et la truelle de façon individuelle. Il faut creuser jusqu’à 2,50m de profondeur. Les restes sont remontés, rangés dans des sacs plastiques, identifiés, enveloppés dans un linceul, et déposés dans des boites de réduction en pin ; celles-ci sont répertoriées, fermées et classées par carré dans les ossuaires. (photos ).  Nous poursuivons notre tour du cimetière ; de nombreuses tombes sont abîmées par le temps mais aussi profanées (ce n’est hélas pas nouveau) ; nous constatons que le mur est toujours accessible aux gens de l’extérieur (des jeunes ne se privent pas de nous invectiver), ce coin sert de dépotoire aux habitants du secteur. Nous prévoyons une nouvelle action auprès du Maire d’Oran. Nous avons constaté que les travaux du local à archives sont conformes à ce que nous avions demandé et aux photos en notre possession. 

18h00 : Rendez-vous au consulat avec le Consul d’Oran et le Vice consul. Nous nous y rendons tous. Sont aussi présents MM Donet et Matéo (In Mémoriam).

Le consul nous reçoit avec beaucoup d’amabilité, nous explique sa nouvelle nomination ainsi que celle du Vice Consul en précisant que ce dernier est très au fait du problème des cimetières français puisqu’il a géré les mêmes en Tunisie. Il évoque l’avancement des travaux qui, pour la 1ère tranche devraient se terminer dans le courant du premier semestre 2009. Il nous annonce un nouveau découpage du cimetière de TamasouhetPour la suite les autorités Algériennes souhaiteraient un autre décret de la part du gouvernement Français mais ce dernier n’y est pas favorable pour des raisons financières. 

Il se met à notre disposition pour nous aider dans notre œuvre et passe la parole à M Ottobrini.

M Ottobrini confirme les propos de M le Consul, met en exergue le rôle des associations et collectifs qui devant le désengagement probable du gouvernement, vont devoir assumer la suite du programme. Il nous suggère d’impliquer les instances régionales départementales et locales notamment les villes françaises jumelées avec des villes Algériennes. 

M Ottobrini fait ensuite un tour rapide des cimetières qu’il a visités :

Concernant le cimetière juif d’Oran, ce dernier est dans un état lamentable. Les autorités Algériennes ont amputé une partie de ce cimetière pour élargir la route de 4 mètres, conséquences : ils ont enlevé les pierres tombales qui sont empilées un peu partout dans le cimetière, et ont bitumé sur les sépultures qui sont donc sous la route !!!! En outre ce cimetière qui est laissé à l’abandon voit la végétation à hauteur d’homme, voire plus haut, envahir tout l’espace. Une toute petite partie est accessible. Les cimetières juifs étant la propriété du consistoire il leur appartient d’en assurer l’entretien. Paul Benguigui va se pencher sur ce problème épineux et surtout très douloureux. 

Cimetières de : ·   St Cloud : ce dernier est cataclysmique, impression de dynamitage. · 

  Assi Ameur :       5 noms, proposition d’une stèle symbolique ·   Sidi Chami :        4 noms        idem ·   Assi Emsoul : (Renan)          14 noms      idem · Zahana : (St Lucien)    130 tombes : il n’y a plus de trace des tombes en pleine terre et pas d’archives ; le reste sera regroupé vers Mascara. Le vice consul pose la question : faut il engager une dépense de 14000€ (devis) pour ne rien retrouver, ou faire une stèle commémorative ?  ·   Saïda : cimetière catholique, en bon état en dehors de l’usure du temps, propre, bien entretenu, un gardien en place, présence d’un grand ossuaire déjà utilisé, mais où il reste de la place pour y mettre les sépultures des cimetières environnants. ·   Sidi Amar (Franchetti) : il reste quelques tombes en très mauvais état, regroupé sur Saïda ; ·   Sidi Boubakeur : (Charrier regroupé sur Saïda) ; ·   Ain El Hadjar regroupé sur Saïda. · Coté corniche Oranaise : rien de prévu pour le moment elle fera partie d’une 2ème tranche de travaux (2ème décret ?) M Ottobrini reprend les propos de M le consul concernant le rôle prépondérant à jouer par les associations, et collectifs, en spécifiant que celles-ci devront être structurées de façon à prévoir les échanges financiers qui ne doivent pas passer par les affaires étrangères pour des raisons de redistribution. Ces associations viendront de toute façon en complément de l’action de l’état. Monsieur Khalifati chargé des travaux de regroupement doit faire des relevés dans les villes concernées, Timsit, Ain témouchent, Tiaret, Tlemcen, Sidi Bel Abbès , Mostaganem et établir des devis. Actuellement 10 willayas sur 16 sont en cours d’évaluation ; dans ces willayas le lieu de regroupement ne sera pas forcément le chef lieu de département. 

Le cas de Relizane, cimetière Juif dans cimetière chrétien : opération double : regroupement du cimetière chrétien, puis transfert de 11 cimetières, cimetière juif conservé.

A ce moment M Benguigui intervient pour préciser que la loi juive interdit le déplacement des sépultures, Monsieur Ottobrini suggère en cas de travaux d’entretien, de faire appel à l’entreprise G7 qui est une entreprise expérimentée et de confiance.  Nous évoquons ensuite le rôle de In Mémoriam ; Monsieur Donet, son Président, souhaite un rapprochement avec le CSCO et travailler en partenariat, dans ce but, rendez-vous est pris avec lui même et Monsieur Matéo pour le lundi 3 novembre, M le Consul met à notre disposition une de ses salles de réunion pour nous retrouver. Antoine Candela explique la mission confiée à Christian Perrotet de créer une délégation officielle en Algérie, afin de mieux quadriller les besoins de la région et être au fait des problèmes qui peuvent se poser. Dans chaque willaya  un ou deux représentants sont retenus (un peu plus pour Oran). Nous devrons pendant notre séjour (but essentiel de notre voyage) rencontrer ces personnes lors de nos visites dans les villes, et les cimetières  concernées, leurs proposer d’assister à la réunion plénière du jeudi 6 novembre au cours de laquelle nous leur préciserons leur rôle. Cette réunion aura aussi pour effet d’officialiser nos délégués, de leur faciliter l’accès aux cimetières et, éventuellement, aux fichiers des cimetières qui pourraient nous être utiles. 

Il informe M le Consul de son intention d’inviter les Wallis et Pdt  d’APC à assister à cette réunion s’ils le peuvent, et lui propose, ainsi qu’à M le Vice Consul, MM Donet et Matéo de les inviter à cette réunion qui doit se clôturer par un repas amical. M Ottobrini approuve notre action, et nous promet de tout faire pour venir ainsi que M Matéo. M. Donet sera indisponible.

Le cas du cimetière Cholérique est évoqué avec M le Vice Consul, Antoine Candela rappelle que ce cimetière est classé monument historique et que nous souhaiterions que le gouvernement s’en préoccupe. M Ottobrini nous rappelle que, concernant les solutions de gardiennage des cimetières, elles doivent être prises et organisés à l’initiative des communes seules. Cas de Bir El Djir (Arcole) : il n’y a plus rien. Le terrain est revendiqué par la municipalité pour urbanisation.  M Candela et M Donet partagent le sentiment que dans le cas où on ne peut rien faire il est souhaitable de laisser les sépultures sur place et et d’y couler une dalle de béton afin des les protéger définitivement. La réunion se termine à 20 heures. 

Dimanche 02/11/2008 

07h15 : Départ vers Saïda, arrivée à 10h :

Nous sommes attendus devant la mairie par M Berezoug, délégué pressenti pour Saïda et sa région. Il est rejoint par l’adjoint au maire et le secrétaire général, qui nous conduisent dans la grande salle de la mairie. Ils nous manifestent leur plaisir de nous recevoir et s’excusent que le maire pris par une réunion ne puisse être présent (nous étions venus sans nous annoncer).

Puis, accompagnés par l’adjoint au Maire, nous nous dirigeons vers les cimetières de Saïda, pour constater comme nous nous y attendions, qu’ils sont tous les deux dans un bon état, compte tenu du temps qui passe et qu’ils sont entretenus, ils ont tous les deux un gardien qui veille. Il serait peut-être nécessaire d’envisager l’entretien des sépultures qui vieillissent mal. Nous faisons une halte à 13 heures pour déjeuner et pendant notre repas une personne de la mairie est venue nous informer que M le Maire nous attendait à la mairie à 14h. Nous nous y rendons. Celui-ci nous reçoit avec beaucoup de chaleur et tient à partager une tasse de thé avec nous tout en évoquant le problème des cimetières. Il adhère totalement à nos projets. Il nous assure de son soutien et de sa collaboration en cas de besoin. Nous n’avons pu aller à Ain El Hadjar à cause des intempéries (inondations).  Vers 15 heures nous nous dirigeons vers le cimetière de Franchetti (Sidi Amar). Nous sommes reçus par le maire (encore de manière impromptue) il nous conduira lui même au cimetière qui est en très mauvais état, mais il est propre et respecté bien qu’il n’y ait pas de portail. Il sera regroupé sur Saïda. Nous l’invitons à notre réunion du 6 novembre. 

Lundi 03 novembre 2008 

9h visite du cimetière juif d’Oran dont nous avons parlé plus haut  et nous avons confirmation des dires du Consul. C’est la désolation. 

A 10h nous nous séparons en 2 groupes :

         Huguette Troupel Yvette Laick et Paul Benguigui se dirigent vers les cimetières de :

·   Misserghin : visite avec l’accord de la gendarmerie : pas de gardien, profanation totale. L’ancien gardien nous propose ses services à notre avis inutiles vu l’état général du cimetière ·   Boutlelis : situé au centre ville, pas de profanations, murs hauts, en bon état, portail fermé par un cadenas. Dans l’allée centrale un grand christ est conservé, bon état général. ·   El Ançor : situé en centre ville, profanation importante, pas d’entretien, portail pas fermé. Il y aurait un gardien, il a été invisible. ·   Bousfer : entouré d’habitations, portail cadenassé, pas de profanation mais grand besoin d’entretien.  ·    Ain El Turk : mitoyen d’un camp militaire portail cadenassé, mur rehaussé de barbelés, pas de profanation mais grand besoin d’entretien. ·   Mers El Kébir : entrée principale du cimetière civil condamnée (parpaings) entrée par cimetière militaire, en bon état, caveaux cimentés par le gouvernement français, mur du fond rehaussé de barbelés. 10h : 2ème groupe formé de          Antoine Candela, Christian et Danielle Perrotet.   ·   Réunion à Tamasouhet avec M Mecheri  responsable des pompes funèbres, pour préciser certains points concernant les demandes de transferts de sépultures. Nous rejoignons ensuite M Khalifati responsable du G7 qui assure les travaux de regroupement de sépultures et qui est sur le site. Il nous explique son organisation : chaque sépulture est identifiée, numérotée, répertoriée et rangée dans un ossuaire où apparaissent les numéros des carrés. Les répertoires pourront être consultés aux archives du cimetière. (nous possédons une copie du répertoire qui a été créé) . ·   L’après midi nous nous rendons à la Mairie d’Arzew, où le Président de l’APC nous reçoit aimablement et nous conduit au cimetière ; ce dernier est entretenu, il n’y a pas de dégradations hormis l’usure du temps. Un gardien est présent et nous reçoit très aimablement.  18h  : Rendez-vous avec Messieurs Donet et Matéo au Consulat : Confirmation de l’utilité d’un partenariatEvocation des disparités de tarifs concernant les exhumations, transferts et inhumations à l’intérieur du cimetière (hors regroupement). M Matéo doit nous proposer des devis de différentes entreprises de pompes funèbres pour comparaison, qui seront étudiés par le CSCO et proposés aux familles qui se manifesteront. En ce qui concerne l’entretien des cimetières plusieurs solutions pour faire ces travaux : (gardiennage, entreprises, ou équipes communales). In Memoriam doit nous les chiffrer. 

Le mardi 04 novembre 2008

1er groupe :          Antoine Candela, Christian et Danielle Perrotet ·   Mascara : Départ 08h  : nous sommes attendus par Monsieur Taïb délégué de Mascara à 10H qui nous pilote vers la mairie. Nous nous entretenons avec le Pdt de l ‘APC puis nous allons au cimetière chrétien : un gardien, cimetière cadenassé, bon état même si l’usure de temps est assez marquée le mur du fond est très endommagé. Nous n’irons pas au cimetière juif en raison de son état, M.Taïb n’a pas souhaité nous y conduire, en raison de son état profané. Il a préféré nous préparer un film qu’il doit nous faire parvenir. ·   Thiersville: nous allons l’après-midi  où, avec l’accord du commissaire de police, nous nous rendons au cimetière, très délabré par l’usure du temps, fermé par un cadenas, un responsable nous ouvre le portail. Ce cimetière sera regroupé. ·   St Denis du Sig : fermé avec un cadenas, un couple de gardiens qui vit là nous emmène partout ou nous leur demandons. Ils connaissent pratiquement chaque tombe, cimetière abîmé par le temps mais des sépultures en bon état Retour à 18 heures  2ème groupe : départ  à 6h vers Tiaret et Frenda :          Huguette Troupel, Yvette Laïck et Paul Benguigui ·   Tiaret : Cimetière chrétien : 1 gardien, grande vétusté quelques profanations, mur d’enceinte supérieur démoli. Bâtiments neufs tout près, nouvelle route à proximité. Cimetière juif : un gardien, bien entretenu malgré une grande vétusté. 

·   Frenda : Cimetière chrétien : tombes disséminées plusieurs semblent avoir disparu, pas de profanation, mur d’enceinte côté village très dégradé, pas de gardien. Cimetière juif mitoyen au précédent profanation extrême.

Retour 18h45 

Mercredi 5 novembre

9h30 : Départ de toute l’équipe vers Ain Témouchent Reçus par le Wali et le Pdt de l’APC qui nous dit envisager la réfection du mur Visite du cimetière catholique : très dégradé par le tremblement de terre, les profanations et l’usure du temps. Il y a un artisan marbrier qui s’est installé à l’intérieur de l’enceinte du cimetière et qui y travaille au vu et au su de tous Cimetière juif très dégradé pour les mêmes raisons. Retour plus tôt que prévu en raison des intempéries A 17h préparation de la réunion du lendemain.  Jeudi 6 novembre  

A partir de 9h30 : réunion plénière dont le but est : l’officialisation de la délégation Algérienne et la présentation de ses membres. 24 personnes participent à cette réunion. Au cours de cette réunion une carte de délégué sera remise à chaque membre.

COMPTE RENDU DE LA REUNION PLENIERE :  Sont présents : M. Ottobrini (vice consul à Oran) Antoine Candela, Huguette Troupel, Christian Perrotet, Danielle Perrotet, Yvette Laïck et Paul Benguigui (délégation Française).  M.Ahmed Lalaoui (vice Président délégation Algérienne). M. Mehdi Mohamed (maire de Sidi bel Abbes). M cheklal B (Oran).M Mecheri (pompes funèbres) Oran M. Khelifati (entreprise G7) Oran, M Abdelli Bouziane (Ain El Hadjar Saïda) M Benguiga Mansour(Frenda) M Bentabet Berrezoug (Ain El Hadjar Saïda) M Berrahoui Ali (Tlemcen). Mme Laloui Chafika (Oran) M Madani Brahim (Ain Témouchent) M Messaoudi Mankour Ain Témouchent) M Ouarad Abdelkader (Mers El Kebir) M Ouici Abdelkaoui (Sidi Bel Abbes) M Saffa Mohamed (Relizane) M Soualah Mohammed (Oran) M Taïb M’Hamed Mascara.          Le Président Antoine Candela souhaite la bienvenue à toute l’assemblée. Il Présente le CSCO et son organisation en France. Il fait un tour de table en demandant à chaque participant de se présenter puis donne la parole à Monsieur Ottobrini. Ce dernier explique les travaux en cours et ceux restant à faire : 5600 tombes à regrouper actuellement 
1477 ont été exhumées à Tamasouhet 

et il y a 177 cimetières en Oranie.

Huguette Troupel explique la mission de notre groupe en Oranie. Christian Perrotet responsable de la mise en place de la délégation Algérienne donne les orientations générales des actions à mener, et explique la lettre de mission reçue par chaque délégué et la délivrance d’une carte d’accréditation du CSCO. Il détaille l’organisation de cette délégation et surtout l’importance de la remontée des informations qui justifieront cette organisation.  Comme le CA l’a décidé, un défraiement des déplacements à hauteur de 15 dinars (0,15€) le km sera attribué au vu du rapport d’activités et des photos l’attestant. Le remboursement des autres frais pourra être accordé après vérification des factures par le trésorier et le coordinateur. Chaque délégué est détenteur d’une carte attestant sa fonction au sein de notre collectif, et il en est responsable. Monsieur Lalaoui vice président contrôlera l’ensemble de la délégation et propose une réunion bimensuelle de travail. Tous les délégués approuvent cette initiative. Antoine Candela souhaite que toute la délégation œuvre dans le même sens et que l’efficacité soit le moteur de notre action . La séance est levée à 13 h et suivie du repas 

Vendredi 10h départ vers la Sénia

Conclusion 

Il est indispensable de noter que partout où nous sommes allés (nous avons parcouru environ 1300 km), partout où nous avons pu rencontrer les Maires ou les Préfets, nous avons reçu un accueil chaleureux et une approbation totale en ce qui concerne notre action . Quant aux autres villages, nous étions accueillis par une population ravie de notre présence qui a toujours facilité notre tâche.

Je dois souligner l’aide précieuse que nous ont apportée les membres de la région Oranaise tout au long de notre séjour : Aïcha Afane toujours attentive à nos besoins, Hamidou si serviable, si dévoué et disponible, M. Taïb à Mascara, et la nouvelle équipe d’Oran qui nous ont accompagnés tout au long de notre périple dans la région . Un grand merci à tous qui nous ont manifesté leur amitié.  Pour l’avenir, nous devons être attentifs au fait que le gouvernement français souhaiterait se désengager (d’après  les propos du consul d’Oran) sur les futurs regroupements de cimetières et pourrait laisser ces négociations aux associations et collectifs reconnus. C’est pourquoi notre action doit s’intensifier pour fédérer l’ensemble des associations de pieds noirs de l’OranieSeul notre nombre accréditera notre représentativité. Chaque membre du CA devra être un moteur de recherche sur l’ensemble du territoire Français pour expliquer, renseigner et surtout faire adhérer toutes ces associations à notre collectif

Retour : documents sur les cimetières

Pas de commentaire »

Pas encore de commentaire.

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
ALAIN BESSON SAINT MARTIN D... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité