GAZETTE de LA-BAS

Nouvelles de là-bas et d’ici

L’ARRIVEE DES PREMIERS COLONS

Classé dans : Les premiers colons — 26 mai, 2009 @ 23:04

Voilà la terre promise!

Comme tous les yeux, les miens sont tournés vers cette nouvelle terre promise, que la distance nous présente sous un triste aspect.

L’ARRIVEE DES PREMIERS COLONS dans Les premiers colons n26

Je pense que, entre le jour du départ et celui de l’arrivée, 19 jours se sont écoulés, en tout 21 jours. Nous avons perdu 2 enfants, laissé à Nevers un pauvre malade, dans les eaux du canal un malheureux père de famille, une femme en couche à Saint- Andéol, et des mécontents à Marseille. Pour ma part, je ne veux pas récapituler ce que je laisse derrière moi ! Nous sommes arrivés, nos regards doivent maintenant se porter sur l’avenir. Une barque est là, j’y descends. A bientôt, mon ami, une autre lettre.  (Journal de Vivant Beaucé )

                                                    pochoirfrise104.jpg

Enfin, comme une délivrance, les colons foulaient le sol algérien et l’arrivée renouvelait l’ambiance du départ de Paris.

Mais, la bienvenue officielle souhaité, les nouveaux arrivants étaient dirigés vers des voitures de l’armée qui se mettaient immédiatement en route vers ” leur ” destination. Les bagages suivraient quand ce serait possible.

cnzijl6e dans Les premiers colonsLe voyage se déroulait dans une contrée où la route n’était même pas ébauchée, où le passage des oueds devait se faire à gué, que ce soit en période de crue ou que le lit soit à sec, les marais étaient traversés à l’estime, au risque de s’y perdre et où la végétation, le plus souvent constituée d’arbustes ou de buissons épineux, n’offrait que peu d’abri contre les incertitudes de ce climat inconnu. Puis, le convoi faisait halte en un lieu où s’élevaient souvent, mais pas toujours, quelques baraques ou guitounes militaires.

puits-jardins

Les colons mettaient quelque temps à comprendre  qu’ils étaient arrivés à destination. Quel désappointement ! Ils étaient vraiment au bout du monde les autorités militaires qui les prenaient en charge laissaient que peu de temps pour gémir. il fallait se presser pour créer un embryon d’organisation avant l’hiver.

Pour parer au plus urgent, on entassa les arrivants dans des tentes ou des baraques disponibles. La seule précaution prise fut d’isoler les hommes célibataires en leur attribuant un local séparé. Chaque famille occupait un petit espace dans les autres abris, bienheureuse de demeurer grouper pour les nuits.

Les repas devaient se prendre en plein air et chaque ménage improvisait une table et des sièges avec des caisses retournées et des pierres. Cette installation précaire permettait de se nourrir avec les rations fournies par l’armée : haricots, riz. viande, pain. Les colons devraient apprendre à s’en contenter jusqu’à leur a autosuffisance. Mais, la principale gêne pour les colons venait de cette vie de promiscuité obligatoire, sans intimité dans des ” logements ” où les séparations entre familles n’étaient constituées que par des couvertures tendues des cordes qui ne montaient même pas jusqu’au plafond. Dans de rivet_concessionstelles conditions les disputes étaient fréquentes et la discipline malaisée à faire respecter. Ce fut une tâches les plus rudes des officiers commandant les colonies agricoles et chacun d’eux, sans aucune formation préalable, s’acquitta de cette mission avec sa personnalité, rendant la vie parfois très difficile aux colons en leur faisant subir un véritable calvaire.

 l’histoire de la colonisation a préféré taire pudiquement les noms de ceux qui se montrèrent brutaux, maladroits ou despotiques. Les conditions de vie furent encore aggravées par les intempéries.

L’hiver 1848-49 fut particulièrement rigoureux empêchant les travaux d’installation. Puis après un printemps 1849 qui fit renaître l’espoir et permit d’entreprendre quelques travaux et les premières cultures, l’été arriva très vite, torride, accompagné par le sirocco. Tout fut desséché et anéanti. Enfin, sur ces communautés physiquement exposées par les privations et une hygiène défectueuse, s’abattirent deux fléaux qui allaient causer des cholravages : le paludisme et le choléra. Si la première des deux maladies put être combattue par la découverte récente de l’action de la quinine, le second mal entraîna de véritables hécatombes : à Damesme 49 morts en 3 jours, à Mondovi 250 morts au village en 14 ou 15 mois, auxquels s’ajoutent les morts dans les hôpitaux. ” Dans le département de Constantine, les 2/3 des colons de 1848 ont succombé, sans presque avoir touché la pioche ou la charrue ” (Emile Violard : Les villages algériens de 1830 à 1870).

A tout cela, il faut ajouter en toile de fond l’insécurité permanente due aux indigènes – mais aussi aux fauves – avec son cortège de meurtres, de destructions et de massacres d’animaux, qui contribua largement au désarroi des colons.

zur

Devant tant de calamités, beaucoup de ces gens, arrivés là débordant d’espoir, s’effondrèrent, et n’eurent plus qu’une idée, repartir en France avant que leur famille ne disparaisse complètement. Ils signèrent alors l’acte de renonciation à leur concession, avant même de l’avoir eue.

Tous ceux qui abandonnèrent, ne retournèrent pas pour autant en Métropole, les uns s’engagèrent comme ouvriers agricoles dans de grandes exploitations, d’autres gagnèrent les villes d’Algérie et cherchèrent à s’employer dans l’Administration ou le commerce. Un certain nombre, enfin, rentra en France.

Ceux qui quittaient les villages, furent partiellement remplacés. S’il faut, pour fixer les idées, donner quelques indications chiffrées, voici le bilan que l’on pourrait dresser, en comptant les passagers des 17 convois initiaux – 14 543 adultes et enfants de plus de 2 ans plus 391 enfants de moins de 2 ans – et les 6 000 personnes environ qui arrivèrent ensuite, le total des colons de 1848 s’élève à 20600 adultes environ.             

Sur ce nombre,  10 000 restèrent dans les colonies agricoles, 3 000 succombèrent et   7000 renoncèrent à leur concession.

Les 10 000 ” rescapés ” créèrent 42 villages dans les 3 départements lgériens. Ainsi,  naquirent : Castiglione, Novi, Marengo, Montenotte, Ponteba, Saint-Cloud, Saint-Leu, Mondovi. Jemmapes, Guelma, etc…

On pourrait en guise de conclusion, et devant une telle accumulation de malheurs, se demander si par une organisation mieux pensée et plus efficace, mais aussi plus humaine, on n’aurait pas pu éviter ces conditions de vie aussi dramatiquement précaires, qui ont joué considérablement sur la manière dont ces ouvriers parisiens transplantés en Algérie ont, au physique comme au moral, supporté les épreuves auxquelles ils devaient faire face. Là n’était peut-être pas le remède, mais là, peut-être, était le baume sur les plaies.

Mais telle fut leur histoire, au goût de sueur et de larmes et couleur de sang, elle fît naître de magnifiques réalisations et des villages prospères qui n’avaient pas fini de tenir leurs promesses lorsqu’une autre page d’histoire…

                                                     doc doc1villagesdalgrie.doc

extrait du livre d’Alain Laredillier                                                                                                      table_matiere1

14 commentaires »

  1. INIJEL dit :

    bjr,veuillez me communiquer si possible,parceque je veux connaitre l’histoire de ma région(sidi ali bou-nab)les premiers colons occupant toute la région,s’étendant de mirabeau-camp du maréchal à huassonvillers.
    remerciements

  2. baseball pitching machines dit :

    I just found this blog and have high hopes for it to continue. Keep up the great work, its hard to find good ones. I have added to my favorites. Thank You.

  3. baseball pitching machines dit :

    Well this is very interesting indeed. Would love to read a little more of this. Great post. Thanks for the heads-up. This blog was very informative and knowledgeable.

  4. paintball marker dit :

    It is amazing at how far they will go! I admire you and thank you for trying to wake people up with all the great information you are putting out there.

  5. hid headlights dit :

    I’m looking to find this out as well! It seems like this is a great topic to discuss and I’m looking to see what comes from future research.

  6. sewing machine dit :

    I haven’t any word to appreciate this post…..Really i am impressed from this post….the person who create this post it was a great human..thanks for shared this with us.

  7. hid kits dit :

    I can see that you are an expert at your field. Thanks for all your help and wishing you all the success in your work.

  8. new bank account dit :

    Thanks for sharing these useful information! Hope that you will continue doing nice article like this. I will be one of your loyal reader if you maintain this kind of post!

  9. circle y saddles dit :

    That is some inspirational stuff. Never knew that opinions could be this varied. Thanks for all the enthusiasm to offer such helpful information here.

  10. replicas de camisetas de futbol dit :

    Hi, I do believe this is an excellent website. I stumbledupon it ;) I may return once again since i have saved as a favorite it. Money and freedom is the greatest way to change, may you be rich and continue to help other people.
    [url=http://www.lavau.eu/intranet/html/replicas-de-camisetas-de-futbol.html]replicas de camisetas de futbol[/url]

  11. camiseta atletico de madrid barata dit :

    I constantly spent my half an hour to read this weblog’s articles or reviews daily along with a cup of coffee.
    camiseta atletico de madrid barata

  12. Adriana Oravetz dit :

    Hello. excellent job. I did not expect this. This is a great story. Thanks!

    http://www.caflore-elgg.dreamhosters.com/blog/view/318704/un-comparateur-en-ligne

  13. Elisa Bulock dit :

    I just like the helpful information you provide in your articles. I will bookmark your blog and take a look at again right here regularly. I am moderately sure I’ll be informed plenty of new stuff proper here! Best of luck for the following!

    http://okt.outkasts.eu/banquecompteenligne85943

  14. Elina Rodgers dit :

    Just wish to say your article is as surprising. The clearness in your post is simply great and i could assume you are an expert on this subject. Well with your permission allow me to grab your feed to keep up to date with forthcoming post. Thanks a million and please continue the gratifying work.

    http://www.pamelalewisphotography.com/the-end-of-innocence-yorkville-childrens-photographer-musings-of-a-mother

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
ALAIN BESSON SAINT MARTIN D... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité