GAZETTE de LA-BAS

Nouvelles de là-bas et d’ici

LE MUR : Recueillement à Perpignan

Classé dans : les disparus,LIEUX et SITES — 26 novembre, 2007 @ 11:41

dscf1003.jpg

«  Ce n’est pas de tuer l’innocent comme innocent qui perd  la société; c’est de le tuer comme coupable.  » 

                                                                                         Chateaubriant  

                                           cid00ea01c830df85b179200b01a8c0guerido.jpg(cliquez                                  

Mur des Disparus : recueillement à Perpignan

Le coeur serré par l’émotion, les plus proches parents de ceux dont le nom a été gravé dans le marbre du Mur des disparus ont laissé libre cours à leur détresse. Après 45 ans de silence, entre pudeur et cri du coeur, ils ont laissé leurs larmes dire ce que les mots sont impuissants à exprimer.

http://www.dailymotion.com/video/6PdHs9li9wqQxphFP

Jean-Luc BobinL’Indépenandant / novembre 200726.11.2007 | 01H34

GUERRE D’ALGERIE : AU PIED DU MUR !  

Un mur, des noms, des milliers de noms. Des noms à consonances françaises, juives, arabes, espagnoles. Des noms de pied-noirs. Des noms de harkis. Plus de 2 000 patronymes couchés et gravés dans la pierre, exhumés de l’oubli de la guerre d’Algérie et aujourd’hui immortalisés sur le mur d’une ancienne prison-couvent de Perpignan… Malgré la polémique née autour de cette initiative initiée par le cercle algérianiste de Perpignan, près de 5 000 personnes se sont réunies et recueillies ce week-end à Perpignan sur ce mur des disparus très officiellement destiné à faire perdurer la mémoire.

Jean-Luc BobinL’Indépenandant / novembre 2007

Liste de 3192 personnes disparues en Algérie à partir de fiches établies par le CICR (Comité international de la Croix Rouge).



                                         photomicheljournauallocutionssn.jpg
                                                      Photo de Michel Journau du cercle algérianiste des PO

Discours de Mme Suzy Simon Nicaise  (cliquez)

Allocution de Monsieur Alain MARLEIX (cliquez)

                                                pochoirfrise104.jpg Accueil - L'indépendant.com 

Mur des Disparus : recueillement à Perpignan

Cher papa. Je me souviendrai toujours de cette journée du 20 juin 1962. J’avais dix ans, tu en avais quarante… »
Cher papa : deux mots simples brisent le silence. Restent suspendus dans l’air, malgré les efforts d’une tramontane prête à les emporter au loin. Ébranlent ces corps jusque-là drapés dans une dignité douloureuse. Et finissent par distordre ces visages, qui s’étaient pourtant promis rester  forts  

 L’histoire de ce petit garçon, écrivant à cette ombre qui a pour nom papa, c’est la      leur.  Celle de leur propre père, de leur mère. De leur grand-père ou de leur femme. De leur   oncle, cousine, ami, fiancé. L’histoire de ce bout de leur vie dont ils se sentent amputés… « Nous ne saurons jamais si tu es mort, où, et comment, et si tu as souffert ! » La voix se brise derrière le LE MUR : Recueillement à Perpignan dans les disparus 20071203murjlgperpignanmicro. Les larmes débordent des lunettes noires. Et même sous les couvertures de survie, seules taches d’or dans un océan de grisaille, on distingue clairement les reliefs que forment ces mains qui se serrent.
« Je m’étais promis de ne pas pleurer »

« Juin 1962… novembre 1956… avril 1962… printemps 1957… juillet 1962… »

La litanie semble ne pas avoir de fin. Noms. Lieux. Dates. Âges. Pris au hasard d’une liste tissée de drames. Évocation de fantômes qui font tressaillir ceux qui n’ont cessé de penser à eux depuis quarante-cinq ans.
Il est temps, semblent dire les sanglots silencieux. Il est temps de pouvoir dire au revoir à autre chose qu’à un souvenir.

                                                 chariot.jpg
Sur son fauteuil, poussé doucement par sa femme, Boris répète, inlassablement. « Pour rien au monde… Pour rien au monde… ». Pour rien au monde, il n’aurait manqué ce rendez-vous. Depuis que la maladie lui a fait élire ce fauteuil pour assise permanente, c’est son premier voyage. Un voyage de Lyon à Perpignan, dit-il. Ce qu’il ne dit pas, c’est que son voyage, il le poursuit jusqu’en Algérie, sur la route du souvenir. À l’époque où Boris courait sur d’autres rivages. « Aujourd’hui, j’aurais voulu être sur mes deux jambes. J’aurais dû être sur mes deux jambes », assène-t-il, comme pour dire qu’il s’est passé trop de temps.Josette a passé son doigt sur ce nom. Martinez. Comme pour le graver dans sa chair. Et son doigt s’est mis à trembler. Le tremblement a gagné tout son corps. « Je m’étais promis de ne pas pleurer », articule sa bouche derrière un rideau de larmes. Son père avait l’intention de rester. On lui avait dit qu’il pouvait rester. « Mais ils n’ont pas voulu de lui… » « Aujourd’hui,  j’enterre mon père… »                                                           

Viviane est pétrifiée. Vivianedscn1113 dans LIEUX et SITES n’est que larmes. Elle avait 17 ans, le jour où elle a vu son père pour la dernière fois. « Aujourd’hui, j’assiste enfin à son enterrement ». Elle voudrait dire autre chose, Viviane la Marseillaise. Elle voudrait dire l’indicible. Et c’est dans un seul souffle qu’elle finit par dire comment sa quête de quarante-deux années a brutalement pris fin : « Le quai d’Orsay a fini par m’envoyer le rapport de la Croix-Rouge, sans un mot  d’explication   sans précautions. Froidement.isant que mon père a été égorgé et jeté dans le four d’un hammam… » Viviane s’écroule dans les bras d’Élise. Des larmes plein les yeux, Elise n’est pas seulement venue soutenir une amie. Élise est venue, comme elle dit, reprendre son identité. « J’avais quatre ans. Avec mon père, c’est mon enfance qu’on a volée. C’est mon identité qu’on a enterrée, pendant quarante-cinq ans « . Élise, elle aussi, a reçu le rapport de la Croix-Rouge. Son père aurait été vu vivant, un mois après sa disparition. « Et qu’est-ce qu’elle a fait pour lui, l’armée ? Hein, qu’est-ce qu’elle a fait ? »Dans ce petit bout de Perpignan, les yeux rougis par trop de larmes le disputent aux colonnes vertébrales raides de trop de pudeur.
Une pudeur que partagent Mohamed et Kader, venus simplement dire merci au nom de tous les harkis sans nom et sans sépulture. « Il ne faut pas oublier qu’on a été oubliés, disent-ils. Les harkis qui ont été honteusement abandonnés, c’étaient nos frères et nos soeurs ».  

DSCN1115

                                           
Leurs frères et leurs soeurs. Les pères de Josette, de Viviane, d’Élise. L’oncle de Christiane, qui a disparu en revenant de l’enterrement de sa propre soeur. Les enfants sans parents, et les parents sans passé.

.                                                              dscf1005.jpg

Barbara Gorrand

                                             pochoirfrise104.jpg    

Quelques images de cette journée si émouvante

copiedeperpignan251107007

Voici Josette Gonzales, son père , comme le rapella dans son discours  Suzy Simon Nicaise, c’était le forgeron , celui qui refusait de quitter son pays , et qui un matin, ce  6 juillet  1962 a quitté Misserghin pour aller faire des courses à Oran , on ne l’a jamais revu. Il laissait seuls une femme ( ma tante) , un fils de  11 mois et deux filles.   Josette est une des trois personnes qui ont dévoilé le monument, avec un harki et un militare.Regardez la  bien, ce port de tête droit , cette dignité dans la souffrance. Depuis  trois ans, c ‘est elle qui a accueilli les familles de disparus , les a fait raconter leur histoire.Elle en a vu des dossiers et des dossiers de disparus , des familles  a  jamais déchirées  par cette  absence.

Merci Alexandra pour m’avoir transmis ces précisions et exprime notre reconnaissance à ta tante qui s’est tellement dévouée./                                pelotondelalgion.jpg                                         dscf0979.jpg                                     dscf0984.jpgdscf0986.jpg                                       dscn1103.jpg dscn1118.jpg                                                    devantlemur3.jpglafouleaprslacrmonie.jpgdscn1095.jpgLa Légion  pendant l’Interpréation de  « C’est Nous Les Africains  «   repris  en choeur  par toute la salle debout ( 900 personnes )dscn1106.jpgHier, à Perpignan, les chemins de la douleur ont fini par croiser la longue route du souvenir.
(Barbara Gorrand)
  

DIAPORAMA                                                     

 Jean Louis Granier -webmaster du site « Bab el Oued Story »- a mis à disposition un diaporama de l’évènement.

Merci !  .
disparus
 

pochoirfrise104.jpg

 

Renseignements pour les visites

Cercle algérianiste des Pyrénées-Orientales
52 rue maréchal Foch – 66000 PERPIGNAN
Tel : 04 68 35 51 09
cerclealgerianistedespo@club-internet.fr
Permanence téléphonique : mardi et mercredi après-midi de 14h30 à 18h30



Cercle Algérianiste des Pyrénées Orientales – Association culturelle des Français d’Afrique du Nord
52, rue Maréchal Foch – 66000 PERPIGNAN – Tél : 04.68.35.51.09 – cerclealgerianistedespo@club-internet.fr

           retour fleche_064                                                                                                       images.jpg

18 commentaires »

1 2
  1. serna éliane dit :

    honte a certains pn socialiste qui d’éffend cest barbare qui a commencer cette guerre eux en 1954 l’o.a.s en 1961 donc 15mois eux presque 8ans ,méme entre eux ils son barbare et ici en france il continue a nous agressée ,ceux quil déffende les musulman il fallait rester avec eux en 1962

  2. Ferrer gérard dit :

    à mon tonton Manou ,emmanuel Martinez,nous pensons à toi,nous t’aimons
    gérard

  3. suzanne Grevet dit :

    En larmes…….

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
ALAIN BESSON SAINT MARTIN D... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité