GAZETTE de LA-BAS

Nouvelles de là-bas et d’ici

LE MUR : Recueillement à Perpignan

Classé dans : les disparus,LIEUX et SITES — 26 novembre, 2007 @ 11:41

dscf1003.jpg

«  Ce n’est pas de tuer l’innocent comme innocent qui perd  la société; c’est de le tuer comme coupable.  » 

                                                                                         Chateaubriant  

                                           cid00ea01c830df85b179200b01a8c0guerido.jpg(cliquez                                  

Mur des Disparus : recueillement à Perpignan

Le coeur serré par l’émotion, les plus proches parents de ceux dont le nom a été gravé dans le marbre du Mur des disparus ont laissé libre cours à leur détresse. Après 45 ans de silence, entre pudeur et cri du coeur, ils ont laissé leurs larmes dire ce que les mots sont impuissants à exprimer.

http://www.dailymotion.com/video/6PdHs9li9wqQxphFP

Jean-Luc BobinL’Indépenandant / novembre 200726.11.2007 | 01H34

GUERRE D’ALGERIE : AU PIED DU MUR !  

Un mur, des noms, des milliers de noms. Des noms à consonances françaises, juives, arabes, espagnoles. Des noms de pied-noirs. Des noms de harkis. Plus de 2 000 patronymes couchés et gravés dans la pierre, exhumés de l’oubli de la guerre d’Algérie et aujourd’hui immortalisés sur le mur d’une ancienne prison-couvent de Perpignan… Malgré la polémique née autour de cette initiative initiée par le cercle algérianiste de Perpignan, près de 5 000 personnes se sont réunies et recueillies ce week-end à Perpignan sur ce mur des disparus très officiellement destiné à faire perdurer la mémoire.

Jean-Luc BobinL’Indépenandant / novembre 2007

Liste de 3192 personnes disparues en Algérie à partir de fiches établies par le CICR (Comité international de la Croix Rouge).



                                         photomicheljournauallocutionssn.jpg
                                                      Photo de Michel Journau du cercle algérianiste des PO

Discours de Mme Suzy Simon Nicaise  (cliquez)

Allocution de Monsieur Alain MARLEIX (cliquez)

                                                pochoirfrise104.jpg Accueil - L'indépendant.com 

Mur des Disparus : recueillement à Perpignan

Cher papa. Je me souviendrai toujours de cette journée du 20 juin 1962. J’avais dix ans, tu en avais quarante… »
Cher papa : deux mots simples brisent le silence. Restent suspendus dans l’air, malgré les efforts d’une tramontane prête à les emporter au loin. Ébranlent ces corps jusque-là drapés dans une dignité douloureuse. Et finissent par distordre ces visages, qui s’étaient pourtant promis rester  forts  

 L’histoire de ce petit garçon, écrivant à cette ombre qui a pour nom papa, c’est la      leur.  Celle de leur propre père, de leur mère. De leur grand-père ou de leur femme. De leur   oncle, cousine, ami, fiancé. L’histoire de ce bout de leur vie dont ils se sentent amputés… « Nous ne saurons jamais si tu es mort, où, et comment, et si tu as souffert ! » La voix se brise derrière le LE MUR : Recueillement à Perpignan dans les disparus 20071203murjlgperpignanmicro. Les larmes débordent des lunettes noires. Et même sous les couvertures de survie, seules taches d’or dans un océan de grisaille, on distingue clairement les reliefs que forment ces mains qui se serrent.
« Je m’étais promis de ne pas pleurer »

« Juin 1962… novembre 1956… avril 1962… printemps 1957… juillet 1962… »

La litanie semble ne pas avoir de fin. Noms. Lieux. Dates. Âges. Pris au hasard d’une liste tissée de drames. Évocation de fantômes qui font tressaillir ceux qui n’ont cessé de penser à eux depuis quarante-cinq ans.
Il est temps, semblent dire les sanglots silencieux. Il est temps de pouvoir dire au revoir à autre chose qu’à un souvenir.

                                                 chariot.jpg
Sur son fauteuil, poussé doucement par sa femme, Boris répète, inlassablement. « Pour rien au monde… Pour rien au monde… ». Pour rien au monde, il n’aurait manqué ce rendez-vous. Depuis que la maladie lui a fait élire ce fauteuil pour assise permanente, c’est son premier voyage. Un voyage de Lyon à Perpignan, dit-il. Ce qu’il ne dit pas, c’est que son voyage, il le poursuit jusqu’en Algérie, sur la route du souvenir. À l’époque où Boris courait sur d’autres rivages. « Aujourd’hui, j’aurais voulu être sur mes deux jambes. J’aurais dû être sur mes deux jambes », assène-t-il, comme pour dire qu’il s’est passé trop de temps.Josette a passé son doigt sur ce nom. Martinez. Comme pour le graver dans sa chair. Et son doigt s’est mis à trembler. Le tremblement a gagné tout son corps. « Je m’étais promis de ne pas pleurer », articule sa bouche derrière un rideau de larmes. Son père avait l’intention de rester. On lui avait dit qu’il pouvait rester. « Mais ils n’ont pas voulu de lui… » « Aujourd’hui,  j’enterre mon père… »                                                           

Viviane est pétrifiée. Vivianedscn1113 dans LIEUX et SITES n’est que larmes. Elle avait 17 ans, le jour où elle a vu son père pour la dernière fois. « Aujourd’hui, j’assiste enfin à son enterrement ». Elle voudrait dire autre chose, Viviane la Marseillaise. Elle voudrait dire l’indicible. Et c’est dans un seul souffle qu’elle finit par dire comment sa quête de quarante-deux années a brutalement pris fin : « Le quai d’Orsay a fini par m’envoyer le rapport de la Croix-Rouge, sans un mot  d’explication   sans précautions. Froidement.isant que mon père a été égorgé et jeté dans le four d’un hammam… » Viviane s’écroule dans les bras d’Élise. Des larmes plein les yeux, Elise n’est pas seulement venue soutenir une amie. Élise est venue, comme elle dit, reprendre son identité. « J’avais quatre ans. Avec mon père, c’est mon enfance qu’on a volée. C’est mon identité qu’on a enterrée, pendant quarante-cinq ans « . Élise, elle aussi, a reçu le rapport de la Croix-Rouge. Son père aurait été vu vivant, un mois après sa disparition. « Et qu’est-ce qu’elle a fait pour lui, l’armée ? Hein, qu’est-ce qu’elle a fait ? »Dans ce petit bout de Perpignan, les yeux rougis par trop de larmes le disputent aux colonnes vertébrales raides de trop de pudeur.
Une pudeur que partagent Mohamed et Kader, venus simplement dire merci au nom de tous les harkis sans nom et sans sépulture. « Il ne faut pas oublier qu’on a été oubliés, disent-ils. Les harkis qui ont été honteusement abandonnés, c’étaient nos frères et nos soeurs ».  

DSCN1115

                                           
Leurs frères et leurs soeurs. Les pères de Josette, de Viviane, d’Élise. L’oncle de Christiane, qui a disparu en revenant de l’enterrement de sa propre soeur. Les enfants sans parents, et les parents sans passé.

.                                                              dscf1005.jpg

Barbara Gorrand

                                             pochoirfrise104.jpg    

Quelques images de cette journée si émouvante

copiedeperpignan251107007

Voici Josette Gonzales, son père , comme le rapella dans son discours  Suzy Simon Nicaise, c’était le forgeron , celui qui refusait de quitter son pays , et qui un matin, ce  6 juillet  1962 a quitté Misserghin pour aller faire des courses à Oran , on ne l’a jamais revu. Il laissait seuls une femme ( ma tante) , un fils de  11 mois et deux filles.   Josette est une des trois personnes qui ont dévoilé le monument, avec un harki et un militare.Regardez la  bien, ce port de tête droit , cette dignité dans la souffrance. Depuis  trois ans, c ‘est elle qui a accueilli les familles de disparus , les a fait raconter leur histoire.Elle en a vu des dossiers et des dossiers de disparus , des familles  a  jamais déchirées  par cette  absence.

Merci Alexandra pour m’avoir transmis ces précisions et exprime notre reconnaissance à ta tante qui s’est tellement dévouée./                                pelotondelalgion.jpg                                         dscf0979.jpg                                     dscf0984.jpgdscf0986.jpg                                       dscn1103.jpg dscn1118.jpg                                                    devantlemur3.jpglafouleaprslacrmonie.jpgdscn1095.jpgLa Légion  pendant l’Interpréation de  « C’est Nous Les Africains  «   repris  en choeur  par toute la salle debout ( 900 personnes )dscn1106.jpgHier, à Perpignan, les chemins de la douleur ont fini par croiser la longue route du souvenir.
(Barbara Gorrand)
  

DIAPORAMA                                                     

 Jean Louis Granier -webmaster du site « Bab el Oued Story »- a mis à disposition un diaporama de l’évènement.

Merci !  .
disparus
 

pochoirfrise104.jpg

 

Renseignements pour les visites

Cercle algérianiste des Pyrénées-Orientales
52 rue maréchal Foch – 66000 PERPIGNAN
Tel : 04 68 35 51 09
cerclealgerianistedespo@club-internet.fr
Permanence téléphonique : mardi et mercredi après-midi de 14h30 à 18h30



Cercle Algérianiste des Pyrénées Orientales – Association culturelle des Français d’Afrique du Nord
52, rue Maréchal Foch – 66000 PERPIGNAN – Tél : 04.68.35.51.09 – cerclealgerianistedespo@club-internet.fr

           retour fleche_064                                                                                                       images.jpg

18 commentaires »

1 2
  1. andrellopis dit :

    Monsieur KAID Omar a fait un petit commentaire sur l’oas en algérie on peut apprécier ou pas c’est son analyse, pour le deuxième commentaire disant les pieds noirs arretez de vous plaindre là je ne suis pas d’accord.Durant les années sombres aprés 1990, les membres du GIA enlevaient des jeunes filles de 13 14 ans à la sortie des écoles,elle servaient à soulager ces combattants islamistes et parce qu’elles étaient souillées on pratiquait le mariage chiite elles étaient pendues par les pieds et partagées en deux.Allez dire aux familes de ces pauvres jeunes filles d’arreter de se plaindre? Peut-être avec vous fait partie des bouchers FLN qui ont enlevés et égorgés les pauvres pieds noirs qui vous avaient fait confiance?!!!!!!!!

  2. MORENO Dominique dit :

    je ne vois pas pouquoi tant de polemique pour ce mur ; est-ce qu’il y a deux categories de français ceux qui ont le droit de parader et ceux qui doivent subir en silence ?je pense que nos disparus ont le meme droit au souvenir eux qui etaient français et qui cherissaient le drapeau tricolore que les agents du FLN pour qui le maire de Paris a fait eriger une stele dans la capitale ,eux n’avaient pas des drapeaux tricolores en tete du cortege mais le drapeau algerien. Que toutes ces associations qui se disent humanitaires s’occupent des pays ou il y a de la misere en France grace à dieu on se plaint mais nous vivons assez bien et s’il y a des personnes qui ne se sente pas bien ici rien ne les empechent d’aller voir ailleur. Doume Fils D’imigré Espagnole qui a sut s’adapter au regles en vigueurs et aux coutumes du pays d’accueil

  3. GERARDIN dit :

    oui hier dimanche nous sommes venus(es)du cannet rocheville 06 ,car j’ai un souvenir d’un copain scout de la 3 iem oran a eu la gorge coupé dans la journée a la nouvelle place des victoires a oran alors j’ai voulu honorer sa memoire et ceux et celles qu’un etre cher de qui on n’a pas de nouvelle et meme pas de savoir ou est son corps,c’est pour ça qu’hier dimanche ils y avait plus de 5.000 pieds noirs qui ont fait des centaines de kilometres pour etre en communion avec tous ceux qui ont perdu un etre cher et il faut qu’ils cassent que l’on est avec eux par la pensé

  4. GERARDIN dit :

    je reviens sur le mesage que j’ai mis la derniere ligne je me suis tromper je voulais dire qu’ils chassent que l’on est avec eux par la pensée et dans notre modeste coeur

  5. alexandra dit :

    Chaque homme le droit à la mémoire et à la reconnaissance de son statut de victime.Ces personnes disparues étaient françaises et doivent bénéficier de ce droit, sans distinction de sexe, d’âge, de religion..Aujourd’hui c’est fait !
    Tout ce que l’on peut regretter c’est que ce genre de mémorial aurait du être fait , il y déjà très longtemps.
    Un grand merci à madame simon nicaise et madame Josette Gonzales,sans elles aujourd’hui, il n’y aurait toujours rien. Je regrette d’ailleurs qu’on ne les aperçoive pas dans le reportage photo alors qu’elles constituent le point de départ de tout ce projet.

  6. mdame dit :

    Alexandra je cherchais justement une photo de ta tante dont je connais le rôle joué par elle et Mme Simone Nicaise . Voilà mon omission réparée . Je m’apprête à y ajouter une photo de Mme Nisaise dès que je l’ai.
    Merci à toi également pour tout ce que tu as fait pour que cette journée soit un succès.
    Je t’embrasse
    M’dame

  7. françoise dit :

    j’ai suivi avec beaucoup d’émotion les cérémonies de ce mur des disparus. Il était temps que le nom de tous ces gens soient mentionnés ; qu’ils soient enfin reconnus..j’ai vécu le 5 juillet 62 à Oran, et je m’en souviendrai toute ma vie…
    Je regrette que les médias( télévisions et quotidiens) aient été aussi discrets…Sommes-nous une sous-race ?

  8. Benois dit :

    Merci,Merci àMadame Nicaise et toutes les personnes qui ont « construit » ce mur pour honorer la memoire de nos disparus ,militaires,Harkis,Pieds noirs bref des Français .En ce jour
    memorable nous retrouvons un peu d’honneur ,en attendant d’y voir mieux un peu plus tard.

  9. BOUCABELLE dit :

    Site consacré à Ouillis, petit village à trente kilomètres de Mostaganem. Textes, photos, films depuis la création jusqu’en 1962.

  10. GONZALEZ dit :

    Je suis trés ému en voyant ce mur de nos chéres disparus
    Car j’ai 52 ans et je suis né à ORAN et à FORT DE L’eau.
    Nous sommes rentrés aprés l’indépendance.Sur ce mur j’ai
    retouvé le nom et prénom de mon arrière oncle et de sa femme MARIE le nom c’est SANCHEZ ANTOINE ET SA FEMME;Leurs deux enfants disparus il y a 7ans aurait étè
    heureux de voir le nom de leurs parents et aurais pu faire le deuil; car ils se posés tout les jours la questions de savoir ou ils étaient, et qu’était devenu
    leurs corps. DONC JE VOUS REMERCIES POUR EUX DE REFAIRE REVIVRE LA M2MOIRE DE LEURS pARENTS

    pATRICK gonzalez
    Gap 05000 HAUTES ALPES

  11. midou dit :

    bon , c vrais de ne pas atteindre ou tuer les civils meme si son nos enemis , mais la cause de la tuerie des oranais francais c’etais bien le debut des massacre perpetrer par la france depuis le debut , et l’opression , n’oublions pas que vos para on bien entéré des familles entière vivante sous la terre et brulé vif plusieurs de nos civil, la mains rouge avec ces attentat sanglangt et bombe a la veuglette , l’oas et ses grave tuerie contre les musulmans , les condanation a mort eet la guillotine , le nucleaire on faisont les algeriens comme cobay , et les arme chimique au sahara , l’inalphabilisation du musulman la misère la tyranie le racisme et vtre sale legion d’horreur,qui violé et tué ,le napalme , les mines encors presente et qui tue des enfant, vos salot de téritorio n’est il pas des civile en vérité ?

  12. midou dit :

    avez vous oublié le masacre de 08 mai 1945 ?!

  13. midou dit :

    avez vous oublié le masacre de 08 mai 1945 ?! je pense que c’est pas aussi le fln qui a tué tout ce monde algerien , setif kharata et autre;;;;

  14. Vincent Lajaro dit :

    Midou, je ne vois pas en quoi il est nécessaire de justifier le massacre des pieds-noirs – notamment à suite d’une telle rubrique. C’est un peu comme si j’allais sur un forum algérien justifier la pratique de la torture pratiquée par l’armée française.

    Je vous rappelle que le massacre des pieds-noirs ont eu lieu après les accords d’Evian signés par le FLN et après l’indépendance, c’est-à-dire en temps de paix. Comment justifier l’injustifiable ?

    Par ailleurs, il y a bien 50 % de mensonges ou d’erreurs historiques dans votre commentaire. J’y reviendrais à l’occasion…

    Vincent Lajaro.

  15. Vincent Lajaro dit :

    MIDOU,
    Dans une guerre, il y a deux critères essentiels à prendre en compte :
    1. savoir de quel côté sont le droit, l’équité et la justice ;
    2. et déterminer quels ont été les moyens de lutte utilisés.

    Sur le premier point, il est clair que votre combat était légitime. Pour le reste, votre indignation est sous l’influence de la propagande du FLN et de certains milieux français qui perdure encore. La plupart des atrocités que vous citez ont été pratiquées par l’ALN bien avant que l’armée française ou l’OAS vous imitent.

    La première violée de la guerre d’Algérie a été la veuve de l’instituteur Monnerot, assassiné dès le premier jour de la guerre. D’autres viols ont eu lieu lors de la tuerie d’El-Halia (1955). On estime même que les hommes ont été mutilés avant d’être abattus. Durant cette tragédie, les femmes et les enfants ont été massacrés avec une sauvagerie inimaginable. C’est d’ailleurs ce qui a rendu toutes négociation impossible avec le FLN… négociation que le gouvernement de l’époque, représenté par Soustelle, voulait entreprendre.

    Les musulmanes des douars ont été également violées par les membres de l’ALN pendant que les maris devaient surveiller les mouvements de l’armée française. C’est bien la raison pour laquelle un grand nombre de maghrébins ont basculé dans le camp français. Est-ce également l’armée française qui coupait le nez de tous ceux qui avaient l’audace de fumer des cigarettes françaises ?

    De même, les premiers attentats aveugles, dont les victimes étaient civiles, ont été commis par les Algériens. Le napalm de l’armée française a été utilisé, dans la plupart des cas, quand les villages étaient vides de leurs occupants. Les condamnations à mort des terroristes ne sont pas étonnantes dans une guerre non conventionnelle et vous avez procédé de même avec les prisonniers français.

    Par contre, pour les familles entières enterrées vivantes, j’aimerais que vous citiez vos sources et témoignages. Les mines encore présentes… vous avez dû le rêver car autrement la presse algérienne en ferait des gorges chaudes. Quant aux cobayes algériens durant les essais nucléaires, c’est une autre fable courante en Algérie. Je vous rappelle que les soldats français ont été exposés aux radiations. Et même un ministre français, Gaston Palewski, en est probablement mort. Il s’agit plus de négligence ou d’ignorance que de volonté de nuire.

    Autre mythe très courant en Algérie est le nombre de vos victimes évaluées à un million ou 1,5 millions (vous n’êtes pas à 500000 personnes près) alors que les démographes les comptabilisent au maximum à 400000… qu’il faut diviser par deux. Car une moitié est due à la répression disproportionnée de l’armé française et, une autre, aux victimes algériennes du FLN qui n’a pas fait non plus dans la dentelle.

    MIDOU, au chapitre des horreurs vous avez été de tout temps à l’avant-garde. Et les événements des années quatre-vingt-dix montrent bien la difficulté de votre peuple à s’exprimer sans utiliser l’extrême violence.

    PS Le racisme, que l’on doit bien sûr dénoncer, est un mal qui concerne, selon moi, 10 à 20 % d’une population. Il n’est pas spécifiquement français. Il suffit d’observer les rapports qui existent en Algérie, entre certains kabyles et la population qui se veut un peu plus arabe.

1 2

Flux RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

 

Mission Quechua 2007 |
LE BLOG DE SIR STEPHEN |
ALAIN BESSON SAINT MARTIN D... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | robertlutz
| DOMANIA
| justice&criminalité